L'historique

En 1981, à l’élection présidentielle de François Mitterrand s’ensuit la libération des ondes. Avant 1981, la bande FM est en effet interdite. Ne peuvent diffuser que les radios nationales et les fréquences militaires.

 


En 1979 et 1980, sous Giscard, naissent des radios pirates qui s’aventurent à émettre dans l’illégalité au risque d’une saisie de matériel et sous peine d’encourir une peine pénale. Plusieurs radios ont été interdites et saisies à Paris.

 

 


Le P.S crée une radio illégale « Radio riposte » . C’est dans ce contexte que Pierre Zentz, pasteur et responsable du centre protestant de recherche et d’amitié de Bondy, crée avec les animateurs locaux « Radio aventure » en Seine-St-Denis. Elle a été saisie et a eu le premier procès en Ile-De-France.

La création des radios libres en 1980/81 est l’émanation des évènements de 1968. Il s’agit, pour le peuple, au bout de 20 ans, de reprendre la parole par rapport au pouvoir d’Etat. S’ensuit une explosion après les élections dès juin 1981 avec la création de 3000 à 4000 radios d’un coup dans toute la France..
Georges Filloux est nommé secrétaire d’état à la communication. Il a pour mission de créer en 1982 une «  autorité » qui devrait séparer le pouvoir médiatique du pouvoir politique : la Haute Autorité est créée et c’est la journaliste Michèle Cotta qui en est la présidente  pour 7 ans. Cette Haute Autorité pour réguler la bande Fm va procéder à la légalisation de 3000 à 4000 radios en l’espace de 2, 3 ans par dérogation au service public.

En 1981, à Montpellier, une petite équipe de professeurs d’université dont Messieurs Philippe Daumas, Jean Talvat et Jean Alexandre qui est alors directeur du Centre 665, créent Radio Clapas. C’est une radio laïque qui propose dans sa grille de programmes des émissions protestantes conséquentes, culturelles, bibliques, historiques  (7 à 8 heures hebdomadaires) sous l’appellation « La vache à Colas » et ce jusqu’en 1990.

En 1990, en effet, l’Eglise réformée de la région crée un poste communication radio régionale. Pierre Zentz est nommé sur ce poste avec pour mission de créer tout un service de communication par le biais de la radio, en utilisant le studio créé au Centre protestant 665.

Parallèlement à ça, l’autorité de contrôle, devenue depuis le C.S.A, doit procéder au renouvellement du plan des fréquences des radios autorisées en 1990. Un appel de candidatures est lancé, FM+ constitue un dossier.

FM+  se voit attribuer une fréquence (91 Mhz) en partage avec Radio Agora, la radio de la fédération des œuvres laïques (F.O.L) qui ne peut alors remplir toute la grille de programmation. Fm+ diffuse de 23h à 15h.
Création à ce moment là de la charte, du sigle, appel aux bénévoles, début d’une grille très proche de l’actuelle en mettant en œuvre 3 principes fondamentaux :
Faire échanger et se confronter le laïque et le religieux pour soutenir une expression originale.
Garder un esprit de radio associative, conviviale, jeune par la réalisation d’émissions tous publics en privilégiant l’expression française.
Préserver le côté libertaire, la créativité en misant sur la capacité de tous à passionner et en soutenant l’initiative locale

Fm+ fait preuve en effet d’une grande ouverture musicale,sociale, culturelle, politique et se veut tout public et est à contre-courant des radios commerciales qui pour un maximum de taux d’écoute se spécialise sur un format de radios spécifiques.
S’ensuit la création d’autres radios dans la région à Carcassonne, Nîmes, Alès et 3,4 ans plus tard dans les Cévennes (Escapade Fm). Le réseau Fm+ est créé avec pour tête de pont Montpellier.

 

Radio FM plus

La Newsletter

Inscrivez vous à la newsletter de FM plus et profitez de notre actualité directement dans votre boite e-mail.