Une économie à visage humain? : Le protestantisme et l’argent

 Gilles Bourquin, théologien et pasteur

L’éthique protestante a valorisé le travail et le gain matériel, de pair avec le souci social. Mais aujourd’hui, face aux dérives du néolibéralisme, la société civile s’insurge. Salaires abusifs des grands patrons, déroute morale du système bancaire, impunité des multinationales, libéralisation des horaires des commerces, débordement du travail sur la vie privée… l’excès est consommé. Pour que le monde des affaires respecte les droits et les besoins humains, on pointe du doigt la responsabilité sociale des entreprises et le développement d’une éthique au plan mondial.

Le protestantisme et l’argent
Prétendre que la religion est une affaire d’argent est réducteur. La foi, le pardon, l’espérance du salut ne sont pas des affaires financières. Pourtant, à chaque époque, les liens entre la piété et l’économie sont très intenses.
La mentalité religieuse du Moyen-Age est dominée par l’idéal de pauvreté évangélique. Pour imiter le Christ et les apôtres, les moines font vœu de pauvreté. Saint François d’Assise, qui renonce aux richesses paternelles, est un de leurs modèles.
A la Renaissance, période où naît le protestantisme, les choses changent. L’humanisme accorde de la valeur au bien-être de l’homme et remet en question l’idéal de pauvreté. En même temps, le commerce capitaliste à grande échelle se développe dans les villes marchandes italiennes, à Venise et à Florence notamment.

Martin Luther refuse les indulgences papales
En 1517 éclate l’affaire des indulgences: des papiers valeur émis par l’Eglise romaine permettent d’acheter son pardon ou celui d’autrui. Le moine Luther s’oppose à ce que le pardon puisse être obtenu sans une sincère pénitence. Le protestantisme est né.


En Allemagne, l’Eglise prélève de lourds impôts sur ses biens. Les princes allemands trouvent dans la révolte de Luther l’argument qui leur manquait pour s’affranchir du joug financier de Rome. Ils vont être les premiers défenseurs de la Réforme.
Sur place, Luther et les princes sont rapidement dépassés par les événements. Des réformateurs plus radicaux exigent des réformes sociales plus conséquentes. Une révolte armée des paysans se propage à partir du sud de l’Allemagne. Ils exigent une baisse des impôts. Consulté, Luther hésite puis recommande la répression militaire des paysans.
Sur le plan politique, Luther est conservateur. Il voit le développement économique d’un mauvais œil. Sa pensée amorce pourtant une révolution sociale: à ses yeux, les hommes de toutes professions (ouvriers, artisans, soldats, etc.) servent Dieu, et non seulement les hommes d’Eglise (prêtres, moines, etc.). Le travail n’est plus une corvée. Il est l’occasion de mettre en valeur ses talents.

Jean Calvin active les réformes sociales
Calvin est un humaniste français qui adhère à la réforme de Luther. A Genève, son projet d’assainir la vie de toute la société l’amène à s’opposer de façon autoritaire aux magistrats qui dirigent la ville. Ces derniers veulent conserver leurs privilèges.
Calvin instaure des Consistoires dans les quartiers de Genève. Composés de pasteurs et de laïcs, ceux-ci jouent le double rôle de tribunal et de service social. Ils traitent des violences conjugales, du mépris des pauvres, des jeux d’argent, etc.
A la suite de Luther, Calvin considère que l’homme est né pour agir. Plus que l’appât du gain, dénoncé comme idolâtrie, Calvin valorise le travail et lutte contre le chômage. Pour lui, le développement économique et le souci social sont étroitement liés.
Selon Calvin, la qualité de la vie d’une personne a un certain rapport avec le succès de ses entreprises. La réussite sociale et les réalités matérielles dans leur ensemble font partie des moyens que Dieu met à disposition de l’homme.

La révolution industrielle et le socialisme protestant
Dans le protestantisme issu de Calvin, l’humanisme et une certaine forme de capitalisme sont liés (voir encadré). Au siècle suivant la Réforme, les centres économiques européens se déplacent du sud catholique vers le nord protestant. La ligue hanséatique (Bergen, Brême, Hambourg, Stockholm, etc.) se développe.
Au cours des siècles, la bourgeoisie protestante remplace le pouvoir des nobles. Les négociants, industriels et banquiers créent un système économique matérialiste de moins en moins concerné par les valeurs religieuses.
Au XIXe siècle, l’essor industriel devient un piège pour de nombreux ouvriers. Un travail avilissant les rend esclaves de la production. Une nouvelle fois, les protestants se retrouvent du côté des oppresseurs. Karl Marx écrit que «la religion est l’opium du peuple». Cette attaque réveille la conscience de plusieurs pasteurs, qui créent le christianisme social (Social Gospel) pour défendre les classes ouvrières.

La scission entre la gauche et la droite protestante
Le rapport à l’argent est une composante des divisions au sein du protestantisme actuel. En Europe, les protestants conservateurs appartiennent surtout au monde évangélique. Pour eux, l’éthique de la famille fournit une stabilité des relations humaines qui permet un développement harmonieux, aussi sur le plan financier.
De leur côté, les protestants libéraux se rattachent plutôt aux Eglises d’Etat. Ils se montrent critiques envers l’éthique familiale et prônent la liberté privée. Ils défendent les minorités opprimées pour des raisons éthiques ou économiques. Ils s’investissent dans l’aide humanitaire et critiquent le néolibéralisme.
La réconciliation des protestants, souhaitée par certains, paraît bien improbable. Elle nécessiterait de dépasser deux clivages: celui entre la gauche et la droite protestante et celui qui sépare les défenseurs de la famille traditionnelle et les progressistes.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Radio FM plus

La Newsletter

Inscrivez vous à la newsletter de FM plus et profitez de notre actualité directement dans votre boite e-mail.